top of page

Oublie tes lectures de pensées... Pose des questions !

Ou la version de Socrate “Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien”


3ème accord toltèque du fameux livre de Don Miguel Ruiz (Les 4 accords toltèques) qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. Révélation pour certaines personnes, livre marketing du développement personnel. pour d’autres, en ce qui me concerne il m’a permis de porter une attention différente à ma vie quotidienne, comme l’éclairer avec une nouvelle couleur, la rendre plus précise, accorder plus d’attention aux détails. Je l’ai lu il y a plus d’un an déjà et j’avais l’impression de réussir à appliquer ces principes au quotidien (dans l’ensemble hein...). Puis, comme la vie est bien faite, quand on imagine que les réflexes sont bien acquis, qu’on navigue en mer connue, il arrive qu’on pêche par excès de confiance et c’est là que la vie nous envoie des petites piqûres de rappel, des petites vaguelettes ou carrément une tempête comme un reminder : “Non mais t’as cru que tu maîtrisais tout ? Hop, hop, hop reste vigilante et tiens le cap”.


Alors hier quand mon amie a gardé le silence pendant l’une de ces soirées filles que nous attendons toujours avec plaisir et enthousiasme, j’ai imaginé qu’elle était fatiguée, qu’elle avait des rancœurs d’événements passés, puis je n’ai pas posé de questions. Bah oui parce que forcément ça appellerait des réponses… Sur le chemin du retour, chacune a pu y aller de son interprétation, repartant avec ses joies du moment partagé, mais aussi ses doutes, ses regrets, ses frustrations, ses tristesses, ses colères - ajoutant le lendemain matin des nouvelles suppositions à celles de la veille (plus curieuses les unes que les autres parce que c’est connu la nature a horreur du vide) … Puis, indirectement, cette amie est venue éclairer son silence avec sa vérité à elle.

Bim dans ta face, pour l’application du 3ème accord toltèque tu repasseras.


“Comme on a peur de demander des explications, on prête des intentions à autrui, on fait des suppositions que l’on croit vraies ; puis on défend ces suppositions et on donne tort à l’autre” Don Miguel Ruiz

Et vous vous l’avez lu ? Vous en avez pensé quoi ?


C’est amusant parce que c’est aussi quelque chose qui nous est enseigné en tant que thérapeute. Ne devinez pas, ne pré-supposez rien, pas de lecture de pensée, faites comme si vous étiez un extra-terrestre (dixit Laurent Bertin) : DEMANDEZ !


Petite dédicace musicale avec Angèle qui m’accompagne pendant l’écriture et qui, étonnamment fait sens avec ce que je vous livre.

Les intéressées se reconnaîtront, je leur envoie de jolies pensées !



1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page